AWS Transformation Day : retour sur la journée

« Le plus dangereux en entreprise, c’est de ne pas évoluer ». Cette citation de Jeff Bezos a donné le ton de la journée AWS Transformation Day, dont l’objectif est d’accompagner les entreprises françaises dans le voyage vers le Cloud. C’est un événement à vocation éducative, visant autant à convaincre ceux qui n’ont pas encore franchi le pas, qu’à approfondir les sujets du Cloud et de la transformation pour les autres. D2SI, sponsor de l’événement, était présent pour partager son retour d’expérience sur le Gameday, et sur l’automatisation des déploiements Active Directory sur AWS.

Se concentrer sur son métier pour apporter de la valeur aux clients, libérer le pouvoir d’innovation des équipes, développer de nouvelles activités… durant la Keynote d’ouverture, Miguel Avala est revenu sur les bénéfices du Cloud, par opposition à l’ancien modèle de l’IT représenté par les datacenters on premise. La tendance est maintenant à la migration massive, comme le prouvent les nombreux témoignages d’entreprises françaises (Veolia, Nexity) qui ont pour objectif de ne plus avoir aucun datacenter d’ici 2018 ou 2019.

AWS en France

La ruée vers le Cloud des entreprises françaises est une affaire de longue date… comme le rappelle Boris Lecoeur, les premiers clients français d’AWS (Schneider Electric, Voyages SNCF, Kobojo…) sont arrivés avant même qu’AWS ouvre des bureaux en France en 2011. Et depuis 2011, AWS a opéré une montée en puissance pour mieux répondre à la croissance du marché français, avec la constitution d’équipes dédiées à la formation, à la création de points de connexion directe pour rapprocher les clients des datacenters AWS, etc. En 2017, le mouvement s’accélère :

Pourtant, malgré sa taille, AWS continue à opérer comme une start-up :  « C’est toujours le jour 1« , formule qui rappelle que l’innovation et la remise en question permanente sont au cœur de la culture AWS. C’est cette culture qui a conduit à révolutionner les usages de l’IT, à payer à l’usage plutôt qu’au démarrage, et à partager avec ses clients les innovations mises en place au sein d’AWS.

aws transformation day

Témoignages client : Décathlon, Veolia

David Helleboid, Ops & Systems leader chez Décathlon, a ensuite présenté le voyage vers le Cloud entrepris par Décathlon dès 2012. Décathlon IT (1000 personnes) a donc commencé en 2012 par de l’hébergement Web et du Big Data sur le Cloud. En 2013, c’est la création d’une équipe dédiée à l’hébergement sur le Cloud public, et en 2014 le lancement de programmes de transformation, avec notamment la migration de SAP Hana sur AWS. De ce voyage vers le Cloud, David Helleboid retient qu’il faut prévoir une montée en compétence progressive sur les questions d’architecture, et de savoir se faire accompagner par un partenaire capable à la fois de délivrer et de faire grandir les équipes. Réussir cette transformation demande aussi d’impliquer dès le départ les équipes legacy, de façon à ce que la culture Cloud soit partagée par toutes les équipes. Enfin, il conseille de s’appuyer sur l’automatisation pour les taches à faible valeur ajoutée, et de suivre attentivement l’évolution de la consommation en termes en coûts, et leur ventilation.

Le second témoignage client de la Keynote est celui de Jean-Christophe Laissy, Global CIO Veolia, sur le thème de la stratégie de datacenter exit. C’est une stratégie entamée par Veolia depuis 18 mois environ, et qui répond au leitmotiv de l’entreprise « Ressourcer le monde ». En effet, ne plus avoir de datacenter on premise, c’est s’assurer d’utiliser des datacenters plus propres d’un point de vue énergétique. C’est un des drivers vers le Cloud public pour Veolia qui n’aura plus de datacenter en France en 2018, mais Jean-Christophe Laissy cite également les facteurs suivants :

  • la sécurité : « est-ce que quelqu’un pense encore que son datacenter est mieux protégé contre les risques d’intrusion qu’un DC dans le Cloud? »
  • la fiabilité : « certes les fournisseurs de Cloud public ne s’engagent pas à une fiabilité supérieure à 99,9999%, pourtant c’est ce qui est délivré au quotidien. Un datacenter on premise, c’est l’inverse, une promesse élevée mais jamais tenue »
  • les coûts : il est impossible d’arriver au même niveau de sécurité et de service sans faire exploser les coûts.

En résumé, le Cloud public est un « service opérationnellement prévisible et financièrement optimisé« . D’ici 2020, Veolia n’aura plus aucun datacenter on premise dans le monde. Pour se préparer, Veolia a créé un starterkit (bonnes pratiques, workshops…) conjointement avec AWS, afin d’accompagner les équipes locales dans leur stratégie de datacenter exit.

Accompagnement la transformation vers le Cloud

L’accompagnement au changement est en effet un point critique dans la transformation digitale, et ce sujet a fait l’objet d’une track spécifique avec notamment un atelier sur le développement des compétences Cloud dans les équipes, animé par Julien Lépine (AWS) et Laurent Dirson (Nexity). Gérer cette transition est une entreprise de long terme, où l’agilité est clé. Le rythme rapide d’innovation d’AWS (plus de 1000 nouvelles fonctionnalités en 2017) oblige à se former en continu. Après l’acquisition des compétences initiales, il faut les maintenir sur le long terme. Sur le marché, les compétences AWS sont aujourd’hui très demandées, et les partenaires qualifiés (comme D2SI !) ne sont pas forcément si nombreux, d’où le besoin de former et faire évoluer ses équipes.

Parmi les conseils apportés par Julien Lépine, on retiendra celui de mettre en place un centre d’excellence constitué de quelques experts avec une compétence forte sur le cloud et la migration, et de former les collaborateurs sur le fonctionnement du cœur de la plateforme, plutôt que sur chaque fonctionnalité en détail. Il sera ensuite plus facile d’évoluer sur les nouvelles fonctionnalités. Autodesk, par exemple, a mis en place des formations en interne pour faire évoluer ses équipes. Il est d’ailleurs intéressant de constater que le Cloud permet à l’IT de redevenir une valeur clé de l’entreprise, un pilier de la compétitivité. Certaines entreprises qui avaient offshoré rapatrient maintenant les compétences en interne.

Laurent Dirson, en charge des applicatifs métier et de la production IT de Nexity, a ensuite témoigné de la transformation entreprise par Nexity il y a 14 mois. Aujourd’hui, il n’y a plus de DSI, mais une direction digitale qui inclut le marketing digital, l’acquisition client et les équipes IT. Sur un parc de 250 applications, 50 ont été migrées sur AWS, et cela a demandé un véritable effort de formation. Le plan de formation inclut une base pour tous les collaborateurs sur les essentiels d’AWS, afin de pouvoir parler le même vocabulaire et partager la même culture, et des formations spécifiques pour les architectes, sysops, devops, etc. Mais comment recruter quand les compétences sont rares ? Laurent Dirson a recommandé de recruter des personnes n’ayant pas nécessairement les compétences AWS, mais prêtes à entrer dans le programme de formation et de certification. Et pour tenir l’objectif de plus avoir de datacenter (Nexity s’est fixé 2019 comme objectif), Laurent Dirson a insisté sur l’importance de trouver des partenaires maîtrisant ce nouveau paradigme. L’essentiel étant de trouver l’équilibre entre l’accompagnement et le développement des compétences en internes.

 

Nous recrutons des profils Cloud, envoyez-nous votre candidature sur LinkedIn.

Nous serons également présents à AWS Transformation Day Toulouse ! Rejoignez-nous le 16 Novembre pour discuter de vos projets Cloud ou de votre montée en compétences sur AWS.

Retrouvez-nous également lors du AWSomeDay le 24 Novembre à Paris.

Commentaires :

A lire également sur le sujet :