Itinéraire de consultant : du stage au CDI

Success story : nous avions rencontré Mathieu au forum ENSIMAG, il a rejoint D2SI en CDI, après avoir développé une application Web durant son stage. Qu’il s’agisse de participer à un projet d’entreprise comme Mathieu (développement d’une application smartphone), ou mener un sujet de veille technique comme Othmane, les stages chez D2SI ont pour objectif le recrutement. Durant son stage, Mathieu a ainsi pu se former sur l’automatisation et le Cloud en étant accompagné, et accroître son expertise sur le développement applicatif. Mathieu revient ici sur son parcours chez D2SI, et nous explique sa découverte de l’intégration continue.

Comment as-tu choisi ton stage ?

J’ai rencontré Florian sur le stand de D2SI, lors du forum de l’Ensimag. Je cherchais un stage dans le développement, sur un sujet innovant, impliquant de nouvelles technologies. D2SI n’avait pas d’offre de stage générique, mais Florian m’a proposé de me recontacter un peu plus tard avec une offre plus construite et en accord avec mes envies. Et en effet, D2SI m’a proposé un stage de développement d’une application mobile, et j’ai tout de suite été attiré.

Au départ, j’étais parti pour faire de l’IoT, mais les offres des autres entreprises sur ce sujet étaient plutôt floues. D2SI m’a proposé un stage structuré, impliquant de travailler sur le Cloud public, j’étais curieux de ce sujet et le stage m’a paru très concret.

Qu’est-ce que t’a plu chez D2SI ?

J’ai eu l’impression qu’on s’intéressait à ce que je voulais faire et le côté humain a beaucoup joué: j’ai passé plusieurs entretiens et les échanges étaient fréquents. Les tests techniques m’ont également challengé… les autres tests que j’avais pu passer étaient assez basiques techniquement.

Quelles ont été tes premières impressions lors de ton stage ?

L’organisation est très différente des autres entreprises que j’ai pu connaître. La hiérarchie est assez plate, tout le monde peut parler à tout le monde, il est très facile de découvrir les autres services, il n’y a pas de barrière. L’ambiance est détendue, humainement ça m’a beaucoup plu. Sur le plan technique, les premières semaines de mon stage ont été consacrées à la mise en place des bases. Nous avons abordé toutes les couches techniques nécessaires au développement de l’application et commencé immédiatement à mettre en place une chaîne d’intégration continue. Avec du recul, je trouve que c’était une bonne façon de faire pour me mettre dans le bain. Avant même de se lancer dans le projet, nous avons commencé à l’automatiser. Au cours des mois qui ont suivi, j’ai vu à quel point cette méthode était efficace.

Qu’est-ce que tu as appris d’un point de vue technique ?

Dès le début du stage j’ai plongé dans des sujets qui m’étaient inconnus comme l’intégration continue, l’automatisation ou le déploiement d’infrastructure sur AWS. Dans un premier temps nous avons passé en revue chaque couche, avant d’y revenir de façon incrémentale : une étape sur la partie application, une étape sur l’API, sur la partie infra AWS… Nous avons ainsi travaillé par cycles sur chaque couche pour atteindre l’objectif.

Avec qui as-tu été en contact durant ton stage ?

Sur la partie technique, je travaillais le plus souvent avec Clément Cunin. J’ai pu également solliciter d’autres consultants de D2SI dès que j’avais des questions sur AWS ou sur l’intégration continue. Sur la partie mobile, c’était un peu plus compliqué comme il n’y avait pas de spécialiste chez D2SI, j’ai dû aller chercher l’information par moi-même.

Quelles ont été les grandes étapes de ton stage ?

Dans un premier temps nous avons mis en place la partie automatisation. L’étape suivante concernait le développement de l’application pour Android et Ios. La question était de savoir s’il valait mieux développer pour Android et IoS séparément, ou utiliser une framework permettant de faire les deux en même temps. Finalement nous avons choisi Ionic 2, qui est très proche du développement Web (HTML, CSS, Angular 2). Puis nous avons choisi Swagger pour développer l’API en Python. L’API a ensuite été hébergée dans un conteneur Docker (un nouveau sujet pour moi également), sur une machine AWS. La première version de l’application a ensuite été déployée, puis nous avons procédé par itérations pour ajouter des fonctionnalités. Ensuite nous avons travaillé sur l’authentification des utilisateurs, puis sur la gestion des données liées aux utilisateurs pour en tirer des logs exploitables comme le nombre de connexions. Au bout de trois mois nous avons eu une première version exploitable de l’application.

As-tu rencontré des difficultés ?

La gestion de l’authenticité de l’application est un point délicat. Pour Android, il faut signer l’application en générant une clé privée associée à l’application. Le principal problème consiste à trouver comment automatiser ce processus pour chaque nouvelle version de l’application. Sur Iphone, on a le même problème d’automatisation avec le certificat généré par Apple. Il y a peu de documentation sur ces sujets et cela demande de tatonner.

Comment es-tu passé d’un stage à un CDI ?

Il était clair dès les premiers entretiens que l’objectif était d’embaucher si le stage se passait bien. Cette possibilité d’embauche s’est confirmée très rapidement et j’ai signé mon contrat en CDI quatre mois après le début du stage.

Qu’est ce qui t’a convaincu ?

Si le développement mobile n’est pas le coeur de métier de d2Si, j’ai pu découvrir l’infrastructure sur AWS et l’intégration continue. J’ai apprécié de découvrir beaucoup de sujets différents, ça m’a permis de voir ce que j’aimais et ce qui me plaisait moins. Et donc, j’avais envie de continuer à travailler sur l’automatisation et l’intégration continue, et D2SI m’a semblé le cadre technique idéal pour travailler sur ces sujets dans une bonne ambiance.

Quelles sont tes envies aujourd’hui ?

J’aimerais garder une composante développement parce que dans le fond je suis plutôt dev que ops. Et par exemple, j’aimerais travailler sur la mise en place d’une chaîne de développement et d’intégration. Sur la fin de mon stage, j’ai pu aller en observation chez un client où l’intégration était encore manuelle, et cela m’a vraiment convaincu de l’intérêt d’automatiser. Il me paraît inimaginable qu’une mise en production puisse effrayer des développeurs expérimentés. Pour terminer, je dirai que durant ce stage, en plus d’apprendre à faire les choses, j’ai appris à bien les faire. Pour commencer j’ai passé 3 semaines sans toucher une ligne de code, mais cela m’a servi pendant les 6 mois suivants…C’était un bon apprentissage de la philosophie DevOps, et j’ai trouvé intéressant de voir la rencontre de ces deux mondes.

 

Vous aussi vous souhaitez rejoindre D2SI ? Consultez notre page recrutement et laissez-nous un petit mot !

Commentaires :

A lire également sur le sujet :