TIAD 2016 : Le Yoga, axe de désautomatisation

Le yoga apparaît comme une possibilité offerte à des employés de développer leur corps mental, émotionnel et physique. Sur cette idée, Google a déjà expérimenté, avec son programme Search Inside Yourself, le développement de ses collaborateurs avec des outils liés à l’intelligence émotionnelle et à la pleine conscience basés sur les neuroscience. 91% des participants expliquent être plus clairs dans leur tête.

Améliorer l’écoute

Lors de la pratique des asanas (postures), la prise de conscience de chacune des parties de notre corps (ex : la répartition de son poids sur la totalité des deux pieds, autant sur la balle du gros orteil que celle du petit ainsi que sur le talon) permet de se recentrer et de s’écouter. S’écouter soi-même, nous n’avons pas forcément appris à le faire autrement, alors que c’est un moyen de pouvoir réellement écouter les autres et ainsi d’améliorer les échanges entre collègues, et donc d’optimiser la productivité du travail en équipe.

Prendre conscience de ses émotions

Les postures de relaxations ou le pranayama (ensemble de postures amenant le calme par la respiration) calment les émotions. Elles sont accueillies, acceptées puis nous les laissons partir. Avoir conscience et se désautomatiser de nos réactions face aux émotions a un effet libérateur puissant.

Prendre conscience de ses blocages

Les blocages que nous rencontrons dans la vie courante sont liés à des constructions mentales (stress, peurs, jugements et critiques intérieures). Ils nous nuisent et nuisent à notre relation aux autres tout au long de notre parcours en entreprise et personnel. Les reconnaître permet de les intégrer, puis de les dépasser si nous en avons la volonté.

Dans le yoga, ce dépassement se retrouve, par exemple, dans la réussite d’une posture à l’envers (tête en bas, pieds en l’air) et permet de se libérer d’une peur et donc d’une construction mentale. Cette disponibilité du mental, mélange de pleine attention et de libération des freins, nous désautomatise et laisse la place à la créativité. Elle est propre à tout être humain et non réservée à une minorité. Mais avec nos automatismes, libérer sa créativité reste un coup de chance ou une pulsion.

Pour conclure, la désautomatisation par la prise de conscience de l’instant T (l’attention au fait d’être ici et pas ailleurs) permet de se libérer des divers blocages et les bénéfices sont nombreux. L’écoute et la prise de hauteur favorisent la bienveillance et améliorent les échanges. Après un seul cours de yoga le midi chez D2SI, j’ai pu observer l’après-midi le calme et le recul dont a pu faire preuve l’équipe face à différents événements, parasites voire face aux crises. Nous pouvons alors voir toute chose d’un œil neuf et envisager des scénarios alternatifs aux automatismes quotidiens pour sortir des sentiers battus. Nous gérons ainsi beaucoup mieux les moments difficiles.

Avec pour vocation d’automatiser les machines, et désautomatiser les esprits, le TIAD propose d’expérimenter l’automatisation, mais aussi de découvrir comment perdre ses automatismes. Aller à l’encontre de ses automatismes permet de se libérer, d’être plus à l’écoute de soi et des autres ainsi que d’encourager sa créativité. C’est dans cette optique que nous avons souhaité vous proposer un atelier yoga, une réponse inédite aux enjeux de la désautomatisation.

Désautomatisation, Automatisation, IoT, Big Data, Cloud, DevOps, … tous ces sujets seront abordés lors du TIAD 2016. Rejoignez-nous !

D2SI_Blog_Image_TIAD_Inscription_2

Commentaires :

A lire également sur le sujet :