OVH Digital Launch Pad : OVH concurrence AWS et Google sur le Cloud

D’hébergeur à acteur du cloud : OVH lance son offre de Cloud à l’étranger, et annonce également le lancement de son incubateur, Digital Launch Pad. A l’occasion du OVH Summit, OVH s’est affirmé en concurrent de Google et Amazon, en se positionnant notamment sur le Platform as a Service.

La révolution digitale : nous sommes en plein dedans. A titre d’exemple de l’accélération que connaît le marché, Laurent Allard, CEO d’OVH depuis début 2015, cite trois sociétés du digital. Combien de temps pour atteindre 10 milliards de CA ? 19 ans pour Booking, 9 ans pour Facebook et seulement 6 ans pour Uber. Quel est le point commun entre ces acteurs ? C’est le volume, qui fait d’eux des leaders du marché, même avec un faible nombre de transactions unitaires (400 millions de nuitées par an pour Booking).

Comment réagir ? Quels sont les risques et les opportunités de croissance ? Pour les grands groupes, dont on sent clairement qu’ils sont aujourd’hui la cible d’OVH, Laurent Allard cite trois types de stratégie :

  • la transformation du modèle (Accor est par exemple passé d’un modèle produit à celui de l’expérience client)
  • l’investissement (Michelin qui prend 40% du capital d’Allopneus)
  • l’acquisition (Sigfox a levé 100 millions auprès de GDF et Air Liquide)

Internet des objets

L’exemple de Sigfox fournit une transition rêvée vers le sujet des objets connectés, autre thème central de la keynote. Plus de 50 milliards d’objets connectés dans le monde d’ici 2020 d’après les dernières estimations : voilà qui risque de modifier en profondeur tous les secteurs d’activité. Bientôt les voitures connectées et sans conducteur seront la norme; le risque d’accident pourrait être divisé par 5, ce qui impactera très fortement le marché des assurances automobiles. L’arrivée massive des objets connectés signifie également une explosion du volume de données, et la définition de nouvelles échelles de mesure. Aujourd’hui les Giga et les Tera, demain les Peta et les Hexa…Comment traiter un tel volume de données, les connecter, les stocker ?

Concurrencer AWS

Comme nous l’évoquions plus haut, OVH cible maintenant les grandes entreprises, et quoi de mieux pour les convaincre qu’un focus sur les besoins de ses clients ? D’après Laurent Allard, tous sont différents, mais tous ont trois besoins en commun, que sont la vitesse, la qualité et les coûts. La vitesse : aujourd’hui, il n’est plus possible d’attendre des semaines pour développer de nouvelles applications et les déployer; OVH promet un SLA de 3 à 5mn pour délivrer un environnement opérationnel de développement ou augmenter la capacité de production. Pour ce qui est de la qualité, la société met en avant des investissements sur trois domaines majeurs (performances, sécurité, support utilisateur). Mais l’argument choc, c’est le coût : selon OVH (ces informations restent à vérifier), AWS est systématiquement plus cher à infrastructure équivalente. Pour rappel, OVH aujourd’hui c’est 17 Datacenter (hébergeant 220 000 serveurs), et douze Datacenter de plus à venir, preuve s’il en est de ses ambitions en la matière.

D2SI_Blog_Image_OVH_Price

Incubateur de start up

Cette conférence est également l’occasion d’annoncer Digital Launch Pad, le programme d’accompagnement de start up lancé par OVH. Testé auprès d’Euratech et d’une vingtaine de projets, ce programme d’accélération de l’agenda digital s’articule en trois étapes : prototypage, développement et déploiement.

Retour sur les réalisations de l’année

Alexandre Morel, directeur Sales, revient sur les annonces faites au précédent Summit : sur 37 annonces, plus de 86% sont aujourd’hui en production. La liste est longue et nous ne nous étendrons pas sur le sujet, citons simplement Dedicated Connect qui permet de raccorder directement les datacenters clients à ceux d’OVH, de l’arrivée de Docker sur Runabove (Docker as a Service, c’est pour très bientôt), et surtout l’offre de Cloud public (stockage, object storage sous OpenStack, etc.), ou encore Veaam Cloud Connect.

La transformation digitale dans les médias

Cas client : NextRadioTV (BFM, RMC, 01net), c’est 3 chaînes TV, 2 radios, 6 sites et près de quinze applications. Vincent Lae, responsable de l’infrastructure, revient ici sur la transformation digitale dans les médias, et constate un transfert massif de l’audience des médias traditionnels vers les canaux digitaux. Cela se traduit également en termes de revenus publicitaires : si aujourd’hui le web représente 50% des investissements médias, demain il devrait devenir le canal préféré des annonceurs. Et en termes d’infrastructure, cela signifie de nouveaux défis, notamment en termes de scalabilité. Lors des événements de janvier dernier, près de 9 millions de visiteurs ont été enregistrés (soit 1/3 tiers du trafic mensuel habituel sur une seule journée). NextRadioTV a récemment migré son infrastructure sur l’offre Dedicated Cloud d’OVH, ce qui a permis de répondre aux pics de charge de janvier, et de faire des économies par rapport à son ancienne infrastructure. Au-delà de la question du choix technique, Vincent Lae souligne à quel point le métier de l’infrastructure évolue : avec de moins en moins de temps à consacrer aux problèmes matériels d’infrastructure, le groupe fait le choix de se reposer sur une prestataire pour libérer du temps et investir dans la valeur ajoutée métier. Qui sait comment demain nous consommerons de l’information ? Peut-être sur nos frigos connectés…

Demain, tous développeurs !

Pour terminer son intervention, Alexandre Morel évoque l’avenir et les opportunités offertes par les transformations du marché. Parmi les cinq opportunités citées, il nous semble important de revenir sur deux d’entre elles. Tout d’abord, demain, nous travaillerons tous pour des développeurs ! C’est évidemment une des conséquences de l’évolution du métier de sysadmin qui s’ouvre vers le devops, mais également du fait de la multiplication des outils facilitant le développement. Tout le monde ou presque peut programmer des séries d’actions via les objets connectés, et le phénomène va aller en s’accélérant. Second opportunité : nous devons accepter le fait de déléguer (voire de perdre) le contrôle de l’IT. Il y a encore peu, le temps manquait pour effectuer toutes les actions ; nous sommes alors passé aux systèmes d’aide à la décision. Aujourd’hui, le temps manque pour prendre les décisions, et nous devons nous en remettre à l’automatisation, au Big Data, et au machine learning.

Pour voir le replay de l’OVH Summit 2015

Commentaires :

A lire également sur le sujet :