SNCF Bougez Décalez : le Transilien à l’heure du Big Data

Désengorger les trains aux heures de pointes, adapter le matériel au nombre de personnes transportées, donner une information plus précise…le Challenge SNCF « Construire une datavisualisation des phénomènes de saturation sur le réseau » vise à sensibiliser les parties prenantes du Transilien sur les phénomènes de saturation du réseau, à travers l’exploitation de la donnée Big Data.
D2SI a choisi de répondre à ce challenge destiné aux startup du Big Data parce qu’il répond à des enjeux plus larges que ceux du transport, qui sont également ceux de l’entreprise libérée.

Nous ne le dirons jamais assez : nous sommes au coeur d’une transformation qui fait évoluer en profondeur l’IT et la société dans son ensemble. Si le Cloud a bouleversé la façon dont les sociétés « consomment » l’IT, le Big Data s’apprête à changer le quotidien de chacun d’entre nous, et notamment le transport. Depuis quelques années déjà, la SNCF réfléchit aux moyens de mieux réguler le trafic en Ile-de-France, par exemple en décalant les horaires de travail. L’initiative Bougez Décalez proposée par D2SI permet d’approfondir cette idée grâce à la puissance de collecte et d’analyse du Big Data. Voici la réponse imaginée par D2SI afin de répondre aux problématiques de la SNCF grâce au Big Data.

D2SI_Blog_Image_BougezDecalez1

Désengorger le réseau grâce au Big Data

Aux heures de pointes, le taux de charge des trains peut atteindre 200%. Faire en sorte que le réseau Transilien soit considéré par ses parties prenantes comme un service partagé permettrait de mettre en place le cadre d’une utilisation optimale, dans lequel les usagers deviendraient des acteurs et contribueraient à l’amélioration de leurs conditions de transport. Responsabiliser l’utilisation des transports en commun suppose que ses parties prenantes puissent prendre en main l’organisation des activités de leur journée.

D2SI_Blog_Image_BougezDecalez2

Le transport quotidien, un choix et non une contrainte

Libérer le transport, c’est faire du transport quotidien un choix et non une contrainte. En délivrant la bonne information, au bon usager, au bon moment, on lui permet de prendre la meilleure décision possible. Cela suppose également que chaque usager dépasse le stade de simple consommateur et devienne acteur du système : l’usager reçoit des données et enrichit lui-même le système de ses données. Quel est le profil d’usager de chacun d’entre nous ? Nous n’avons pas tous les mêmes horaires, attentes, contraintes : qu’est-ce qui est le plus important pour moi? Arriver à l’heure ? Effectuer un trajet en moins de 30mn ? Voyager assis afin de pouvoir télétravailler ? En renseignant son profil, en nourrissant le système de ses déplacements quotidiens, l’usager donne à la SNCF les moyens de mieux réguler le trafic et d’éviter les phénomènes de saturation.

Cette collecte de données  vise à enrichir l’ensemble de l’éco-système : la SNCF, mais aussi les entreprises, les universités, ou encore les commerces à proximité des gares. Tous gagnent à adapter leurs horaires, à faire preuve de plus de souplesse pour faire gagner en qualité de vie les usagers des transports : un décalage de 30 minutes peut suffire à changer les choses. Comme dans l’entreprise libérée, cela suppose que chacun puisse prendre des initiatives basées sur l’information la plus précise qui soit.

D2SI_Blog_Image_BougezDecalez3

Développer l’éco-système

Cette façon d’envisager le transport quotidien ouvre la porte à de nouveaux usages innovants, notamment dans les services proposés aux usagers. On pourrait ainsi envisager la mise à disposition d’espaces de co-working en gare ou à proximité. En cas d’incident sur la ligne, l’usager pourrait directement réserver son espace depuis son smartphone. Certains services ou produits pourraient alors être proposés en promotion par les commerces de proximité, également susceptibles d’adapter leurs horaires aux flux de passagers.

Commentaires :

A lire également sur le sujet :