Self Service Infrastructure vs Commodity Services

Innovation disruptive, le cloud a bouleversé la façon dont sont consommés les services d’infrastructure. L’automatisation est un élément essentiel de ce changement de paradigme : c’est la clé pour consommer efficacement les ressources du cloud.

Depuis une cinquantaine d’années, les critères utilisés par la majorité des applications pour évaluer leurs infrastructures ont très peu évolué : les infrastructures doivent tout d’abord assurer la robustesse et la résilience aux incidents, puis la performance. Les autres points, tels les coûts, la commodité, et l’agilité, ne seront pris en compte qu’une fois que ces premiers critères sont satisfaits. Par suite, les fournisseurs d’infrastructure – qu’ils soient internes ou externes à l’entreprise – sont amenés à améliorer continuellement la résilience et la performance de leurs solutions, tendant ainsi vers le haut de la gamme.

Aujourd’hui, l’IT est au bord d’un nouveau basculement, qui concerne à la fois les infrastructures et les applications : le cloud computing. Popularisé par des fournisseurs de cloud public comme Amazon, ce nouveau paradigme informatique permet de baisser drastiquement les coûts en mutualisant largement des ressources standardisées et refacturées à l’usage. La réactivité et la souplesse apportées par ces ressources éphémères ouvrent également la porte à des usages inenvisageables jusqu’alors, comme la création d’environnements à la demande.

En contrepartie de ces avantages, la performance et la résilience fournies par des infrastructures de type « commodity cloud » sont très réduites. Si certains fournisseurs proposent dorénavant des niveaux de service plus élevés, cela s’accompagne généralement d’une forte hausse du prix. D’autre part, la standardisation des composants est souvent très poussée, permettant une moindre customisation de l’infrastructure.

Automatiser des infrastructures existantes permet d'améliorer la qualité du service selon plusieurs axes

Automatiser des infrastructures existantes permet d’améliorer la qualité du service selon plusieurs axes

Pour ces raisons, nous voyons aujourd’hui émerger un nouvel équilibre, dans lequel la performance et la résistance aux incidents sont gérées par les applications plutôt que par l’infrastructure. Les architectures des applications cloud-ready ou cloud-native sont conçues pour exploiter au mieux le potentiel des infrastructures cloud. D’autre part, ces applications ne seront généralement pas mises à jour, mais une nouvelle version sera directement redéployée sur de nouveaux serveurs.

Afin de consommer efficacement des ressources cloud, il faut donc être capable de les provisionner, de les configurer, d’y déployer des applications et de les détruire automatiquement. Ainsi, ce nouveau modèle touche l’ensemble du système d’information.

Actuellement, l’immense majorité des applications d’entreprise n’est pas prête à utiliser du commodity cloud. En effet, elles dépendent encore de l’infrastructure pour assurer la performance et la résilience de leur service. D’autre part, beaucoup d’entreprises hésitent à envoyer des applications ou des données sensibles dans le cloud, surtout lorsque celui-ci est géré par une entreprise étrangère ou que les datacenters se trouvent dans d’autres pays.

Néanmoins, l’amélioration du niveau de service proposé et la baisse continuelle des prix pratiqués par les fournisseurs de cloud public, ainsi que le développement des fournisseurs de cloud « nationaux », devraient permettre de convaincre un nombre toujours grandissant d’applications. Sans parler des nouveaux projets applicatifs pourront plus facilement prendre en compte les contraintes du cloud lors de leur conception.

Le commodity cloud représente une proposition de valeur très différente

Le commodity cloud représente une proposition de valeur très différente

Christophe Roux et Laurent Bernaille animeront la formation Automatiser son infrastructure IT le 17 Septembre 2015 :

Automatiser son infrastructure IT – Inscriptions en ligne

Pour en savoir plus, commandez l’ouvrage de référence « Automatiser son système d’information, de l’artisanat à l’industrialisation » :

D2SI_Blog_Image_Guide

Commentaires :

A lire également sur le sujet :