Retour sur la PuppetConf 2014 à San Francisco

IMG_3011_01_cc
Quand on parle de San Francisco, on pense immédiatement au Golden Gate ou à ses célèbres rues en pentes, mais également aux nombreuses sociétés d’IT qui y ont élu domicile : Google, Dropbox, Eventbrite, Twitter, Salesforce ou encore Airbnb pour n’en citer que quelques-unes. Quel meilleur cadre imaginer pour la PuppetConf 2014 ? L’événement s’est déroulé du 20 au 24 septembre au coeur de San Francisco à l’hôtel Marriott Marquis.

PuppetConf2014

Samedi, dimanche et lundi étaient dédiés aux formations Puppet. Arrivé samedi, j’ai pu faire la connaissance de Robin Bowes et de Brice Figureau : il est toujours amusant de rencontrer une personne que l’on suit virtuellement (je l’avais pourtant déjà croisé, sans savoir que c’était l’homme derrière MasterZen). Instant touriste obligatoire au Golden Gate Bridge, pause dans un restaurant français (Cocorico!) sur Bush St., avant d’enchaîner dès le dimanche sur les formations. J’ai ainsi eu la chance de participer à la formation architecte par Gary Larizza, fort intéressante, même si j’utilise déjà au quotidien les outils proposés. Lors de cette formation, Raphaël Pinson de Camptocamp était également présent : pour information, il est membre de la Hercule Team derrière le projet Augeas Providers. Il m’a aussi fait découvrir une perle qui permet de gérer visuellement tous les modules Puppet, avec la dernière version sur GitHub et la Forge Puppet.


Crédit photo : Puppet Labs

Je n’ai pas pu assister au Contributor Summit qui a eu lieu le lundi, en même temps que la formation. Dommage, mais j’ai néanmoins pu y passer en coup de vent à la pause déjeuner. A cette occasion, j’ai pu discuter avec Rob Reynolds  où il m’a fait une démo d’intégration de Chocolatey. Pour info, Chocolatey est le package manager pour Windows qui permet également d’avoir son propre dépôt : UTILISEZ-LE !

Des conférences au top

Les conférences étaient nombreuses, toutes aussi intéressantes les unes que les autres et on aimerait être Jamie Madrox  pour se cloner et assister à toutes les conférences. N’ayant malheureusement pas ce pouvoir, j’ai simplement ciblé celles qui me « parlaient » le plus, choix totalement arbitraire.

KeyNote Luke Kanies  – Fondateur Puppet

Luke a présenté les grandes lignes et l’avenir de Puppet : des nouveautés sur la version entreprise et la disponibilité de Puppet Server (cf ci-dessous). J’ai quand même ressenti une certaine anxiété avec le rachat de The Foreman par Redhat. Puppet Entreprise a-t-il du souci à se faire ? Je ne le pense pas.

La dernière mouture embarque un design hyper épuré et ergonomique. Le node manager permet un filtrage fin de ses noeuds et de créer des grappes pour mieux les gérer.

To the Future! Goals for Puppet 4 / Andy Parker et Kylo Ginsberg – PuppetLabs

« Tour de Puppet » est une présentation sur le thème du tour de France mais a priori clean et sans dopage. Andy et Kylo font le tour des nouveautés de Puppet Server, ce qu’il apporte et qu’il deviendra :

  • Cycle de développement
  • Factorisation du langage
  • Grand nettoyage
  • Meilleure séparation des environnements
  • Refonte du catalogue
  • Facter
  • Etc.

On remarque que l’optimisation, la performance et l’allègement du code ont été les maîtres mots des développeurs. Du beau travail !

The Puppet Master on the JVM / Chris Price  – PuppetLabs

Puppet propose désormais une version en clojure/jruby/jetty. Je reste mitigé, la compilation du catalogue est sans doute l’opération la plus coûteuse et son gain est minime, mais les résultats sont là :

  • Temps de réponse divisé par 3
  • Compilation catalogue: gain minime (~1000ms à 1400ms)
  • Exécution de l’agent divisé par 3
  • Avec 2000 nœuds, l’agent s’exécute en 5s contre 60s.

Pour tester un master avec Puppet Server : c’est par ici.

Puppet Availability and Performance at 100K Nodes / John Jawed  – Ebay/Paypal

Gérer 100 000 noeuds Puppet : Challenge accepted ! Il ne faut pas chauffer « JJ », il décortique, retourne le problème, analyse pour le résoudre le dénommé « p100k problem« . Exemple, l’entropie faible et donc impossible de générer un certificat (on l’a tous rencontré quand on a voulu générer un certificat SSL en SSH et on s’est tous frottés à [GIVE US CHAOS]).

Il a donc développé un outil permettant d’exécuter l’agent au moment le plus propice modulo amélioration du master.

Beaker: Automated, Cloud-Based Acceptance Testing / Alice Nodelman  – PuppetLabs

Présentation de beaker et de beaker-rspec, et comment utiliser AWS, GCE, OpenStack, Docker, vSphere, Fusion & Vagrant pour gérer les tests d’acceptance. Le concept est simple, utiliser le DSL que l’on connaît déjà bien avec Puppet et l’appliquer aux tests.

Test-Driven Puppet Development / Nan Liu  – Bodeco Inc

Nan est un vrai showman , il nous donne envie d’écrire nos tests et d’arrêter de les tester en production. Ne soyez pas outrés, nous faisons tous la même chose ! Au menu, puppet-lint, puppet-syntax, rspec-puppet, packer, vagrant, beaker : à vous claviers !

Building and Testing from Scratch a Puppet Environment with Docker  / Carla Souza – Reliant

Les tests passent ? Le service a l’air bien configuré ? Et pourtant ça ne marche pas en production ! Rien de plus frustrant pour un développeur. Plutôt que tester sur des machines différentes, Carla a développé un outil « mystique » (prochainement disponible) qui va mimer le serveur de production.

 

Liens

Toutes les présentations de la conférence

Les photos

Les vidéos : inscrivez-vous pour être notifié de leur disponibilité.

IMG_3043_01-2

Commentaires :

A lire également sur le sujet :