AWS Summit : Desktop as a Service, Continuous Delivery et solutions de stockage pour le Big Data

D2SI_Blog_Image_AWSSummit_Paris2Le 13 mai dernier, lors du AWS Summit à Paris, D2SI a présenté ses réflexions sur plusieurs sujets majeurs liés à AWS. Nous revenons aujourd’hui sur les différents sujets traités lors de cette journée : le Continuous Delivery, l’étude d’une solution de stockage répondant aux problématiques du Big Data, l’élasticité et l’augmentation automatique d’une grille de calcul, et l’intégration de XenApp dans un cloud hybride.

Continuous Delivery

Nous avons vu récemment comment le Continuous Delivery pouvait réduire le time to market, ou comment Puppet pouvait être utilisé dans cette optique. Cette fois, il s’agissait de voir la place d’AWS dans cette intégration : comment AWS est-il utilisé par les développeurs pour intégrer leurs développements de manière continue? Comment AWS peut être utilisé comme environnement de production et de développement?

Ceph et l’infrastructure de stockage

Autre sujet abordé, l’infrastructure de stockage. L’explosion des volumes de données oblige à penser de nouveaux modèles d’infrastructures : le total des données générées par les entreprises double toutes les 1,2 années. Ce qui signifie que 60% du volume de données mondial a été généré durant les deux dernières années.

D2SI_Blog_Image_AWSSummit_BigData

Or, les systèmes de stockage actuels n’offrent pas la souplesse pour répondre à cette problématique. Comment faire augmenter la capacité en fonction du besoin sans nécessairement acheter une machine de 200 teras? D’où l’idée d’étudier une nouvelle typologie répondant aux concepts du cloud et de la virtualisation. C’est la solution Ceph qui a été étudiée, afin de capitaliser sur les compétences stockage Net App et EMC de l’équipe, et de les confonter à une vision open source. L’étude a porté sur différents points :

  • Capacité de scalabilité : automatiser l’augmentation de volume en fonction des besoins
  • Fiabilité : intégrité et accessibilité des données en cas de crash
  • Tests de performance

AWS a été utilisé dans ce cadre comme environnement de test pour sa facilité de déploiement et de modification d’infrastructure. L’infrastructure testée (plus d’une dizaine de serveurs) a été mise en place en moins de 2 heures, pour un coût d’environ 200 euros; déployer une infrastucture équivalente de façon classique aurait pris deux mois pour un budget de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Au-delà de cette économie de temps et d’argent, c’est un cadre facilitant l’expérimentation et l’innovation qu’offre AWS. Nous publierons prochainement les résultats complets de cette étude.

Elasticité de la grille de calcul

Autre cas d’usage : les entreprises ayant des besoins de calcul très volatils dans le temps (par exemple, calculs de résultats journaliers, mensuels, annuels…). En interne, non seulement les ressources de calcul sont limitées, mais elles coûtent cher car elles sont sont sous-utilisées une partie de l’année.

D2SI_Blog_Image_AWSSummit_Grilledecalcul

L’élasticité offerte par le cloud public permet de faire croître l’infrastructure en fonction de son besoin réel : on utilise alors une grille de calcul, qui mobilise les serveurs à la mesure du besoin. 100 serveurs peuvent ainsi être utilisés pour fournir le résultat en 1h, plutôt que 20 serveurs en interne qui prendraient cinq fois plus de temps. Il s’agit de garantir la performance, en ne payant que ce qu’on a réellement besoin de consommer. Et le temps qui n’est pas passé à gérer les problématiques d’infrastructure est libéré pour travailler sur l’innovation.

AWS et la virtualisation du poste de travail

Cette même problématique a été étudiée sous l’angle Desktop as a Service. La réflexion menée vise à répondre à la question de la gestion d’accès au système d’informations par un grand nombre d’utilisateurs. Prenons l’exemple d’une grande société française intégrant une nouvelle filiale : comment connecter toute une entreprise à un système d’information existant? Le bureau virtuel répond à cette question, en offrant l’accès à la messagerie, aux applications et aux documents, de façon beaucoup plus rapide qu’une interconnexion complète du système d’information. La difficulté vient ici du volume : comment intégrer 1000 utilisateurs? La solution la plus longue, et la plus coûteuse, oblige à faire croître l’infrastructure interne. C’est dans cette optique que D2SI travaille à une solution permettant de faire croître automatiquement une infrastructure XenApp sur Amazon et ainsi déployer facilement plusieurs milliers de bureaux virtuels.

En attendant les résultats détaillés de l’étude sur le stockage distribué via Ceph, vous pouvez trouver ci-dessous la synthèse des éléments présentés par D2SI lors de l’AWS Summit Paris 2014.

Commentaires :

A lire également sur le sujet :